Photo : Philippe Garguil
Menu
Patrimoine naturel : Les forêts
Autres liens
 
 

Patrimoine naturel : Les forêts

La hêtraie-sapinière domine l'étage montagnard. Les pentes de moyenne altitude, au climat frais et humide conviennent à merveille au hêtre et au sapin. Divers groupements végétaux leurs sont associés et varient selon l'exposition et la nature du substrat (hêtraie-sapinière à canche flexueuse et à luzule blanchâtre sur sol acide, hêtraie-sapinière à fétuque des bois sur sol moins acide).


Le mélange des feuillus et des résineux accueille un riche cortège d'oiseaux. Parmi les espèces les plus abondantes, on distingue le pinson des arbres, le rouge-gorge, ou le troglodyte. Elles côtoient d'autres espèces davantage liées aux conifères comme la mésange noire ou typiquement montagnardes tel le cassenoix moucheté.


Les mammifères sont également bien représentés. Les ongulés (cerf, chevreuil, chamois et sangliers) atteignent localement des densités élevées. Martre, chat sauvage, écureuil et renard sont régulièrement observés sur le massif. Depuis quelques années, le lynx arpente à nouveau le territoire de la Réserve Naturelle.

En raison de son altitude modérée, la hêtraie subalpine aux arbres rabougris et tortueux ne dévoile pas sur le massif du Grand Ventron son caractère habituel si tourmenté.


Les forêts à caractères naturels étroitement liées aux fortes pentes difficiles d'accès représentent un des intérêts majeurs de la Réserve Naturelle. Soustraites des exploitations d'envergure jusqu'ici pour des raisons techniques mais aussi historiques, et désormais reconnues pour leur intérêt patrimonial, celles-ci évoluent spontanément sur près de 400 ha sans intervention sylvicole. Elles se distinguent par la réalisation du cycle complet de vie et de mort de l'arbre. Cela se traduit notamment par la présence d'arbres d'âges divers, et de bois mort dans toutes les classes de diamètre.

Les forêts à caractères naturels sont d'un intérêt majeur pour la science écologique et forestière, notamment en tant que modèle et réservoir de biodiversité.

En effet, elles abritent des espèces et des habitats rares, voire parfois inexistants dans les forêts exploitées. Par exemple, les gros arbres morts offrent des habitats privilégiés pour de nombreux insectes, champignons, lichens et oiseaux cavernicoles tel le Pic noir ou la Chouette de Tengmalm. Une fois à terre, le cœur vermoulu, ils deviendront humus, sous l'action continue des décomposeurs (insectes, champignons, bactéries).


En France, les forêts à caractères naturels ne représentent que 0,2 % de notre surface boisée (ministère de l'Agriculture, DERF, 2000). Leur conservation représente un enjeu d'autant plus important pour la protection du patrimoine naturel de notre pays.

La présence de l'une des dernières sous populations vosgiennes du grand tétras sur la Réserve Naturelle du Massif du Grand Ventron doit également être mise en relation avec le maintien d'une forêt claire à gros bois, l'espèce recherchant des forêts multi-strates et diversifiées.

Jeux de lumière à travers la hêtraie-sapinière.
Jeux de lumière à travers la hêtraie-sapinière.
Photo : Laurent Domergue









Une des caractéristiques des forêts à caractère naturel : la nécromasse au sol.
Une des caractéristiques des forêts à caractère naturel : la nécromasse au sol.
Photo : Patrick Foltzer



La nyctale de Tengmalm, hôte de choix des arbres à cavités.
La nyctale de Tengmalm, hôte de choix des arbres à cavités.
Photo : Jacques Martin




Réserve Naturelle Nationale du Massif du Grand Ventron     Tél : 03 89 82 22 10     Fax : 03 89 82 22 19     Contact     by kaliop